Paroles
Ce n'est pas parce qu'on sait faire une mousse au chocolat qu'on est pour autant pâtissier...

PRÉAMBULE

Je ne me suis jamais réveillé un matin pensant qu'il allait me falloir écrire, ou même avec l’obsession de le faire. Déjà parce que ça n'a jamais été une vocation, encore moins une passion, c'est juste arrivé par accident. J'écris comme d'autres penseraient. Mais je n'écris jamais sur des sujets qui me sont inconnus ou qui ne me touchent pas. On me pense poète, beaucoup me l'assurent après m'avoir lu. Bon... Pourtant à l'origine ce ne sont que des textes de chansons. Si on peut y voir de la poésie, loin de moi l'idée de me penser poète, ayant du mal à déjà me croire artiste. 

Qu'est-ce qu'un poète déjà ? Si cela repose sur le fait de savoir à peu près écrire en faisant des vers, j'ai envie de dire, que ce n'est pas parce qu'on sait faire une mousse au chocolat qu'on est pour autant un pâtissier... J'ai longtemps pensé que c'était avant tout un état d'esprit, une philosophie de vie de par le regard qu'on pouvait avoir sur la vie, les gens, la société. J'avoue en être un peu revenu après avoir eu l'impudence de m'inscrire à un concours de poésie et de malheureusement le gagner. 

J'ai découvert un monde où l'entre-soi est d'usage, un monde qui ne tolère pas les intrus, un monde où la fausse modestie et l'hypocrisie des  compliments "entre-soi", sont aussi décelables qu'un faux billet de banque sorti d'une photocopieuse dans un format A4. Vexés les poètes, il était pour eux impossible que ce soit des "lecteurs" qui m'aient plébiscités, ce ne pouvait être que des amis. J'ai alors énormément d'amis. Heureusement que je ne suis pas invité à tous les anniversaires, mariages , baptêmes et crémaillère, ça ne me laisserait que peu de temps pour faire autre chose et ça me coûterait une fortune en cadeaux. Exit la poésie et le partage de mes écrits dans cet univers, ce n'est pas mon monde. Si les poètes avaient décrété que je n'en étais pas un, c'est presque un compliment qu'ils m'ont alors fait. La poésie est une peu ce que le 45 tours était à la chanson, une face A et une face B...

Alors je continue de penser en écrivant, à la femme que j'aime, parce que l'amour reste pour moi ce qui est le plus important à préserver. Et j'avoue que lorsqu'elle me dit " tu es un poète ", de l'être à ses yeux me suffit. Certains sujets d'actualités ne me laisseront jamais indifférent, comme la violence et la maltraitance dont sont victimes  des femmes et des enfants. J'écris alors les questions que je me pose ou celles que j'aimerais que l'on se pose. Je ne suis ni messager, ni prophète, laissant à chacun après sa lecture de s'en faire l'idée qui lui convient. Si tout ce qui a été écrit depuis la nuit des temps, sur l'amour, la paix, le respect et la tolérance avait contribué à rendre le monde meilleur, je crois que ça se saurait...

Et si l'envie vous prend de prendre un peu de temps à me lire... il reste un fauteuil de libre.... Asseyez-vous